Essai Hyundai Genesis Coupé 2013 [vidéo]

Faut-il avoir peur des coréennes ? C'est la question que nous nous sommes posés (comme d'autres) après avoir entendu le Ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, tirer à boulet rouge sur les automobiles asiatiques en pleine crise PSA.

Pour répondre à notre problématique, nous avons sélectionné une des dernières nées de l'alliance Hyundai-Kia, 4ème constructeur mondial : le coupé Genesis.

Mais avant d'entrer dans le détail avec cette coréenne, il convient de rappeler les faits. La polémique est née quand Mr Montebourg s'offusquait des taxes à l'importation dans les pays asiatiques pour les fabricants français alors que les constructeurs coréens envahissent de plus en plus nos boulevards.

Mais, s'ils envahissent nos boulevards, il doit bien y avoir une raison … La confiance grandissante des acheteurs est un révélateur sur la qualité de production.





D'ailleurs, les coréens en ont fait leur premier argument avec des garanties qui dépassent parfois les 5 ans pour atteindre 7 ans. Mais face à une Europe en pleine évolution stylistique et surfant sur les autos "fashion", les constructeurs asiatiques ont compris que la fiabilité n'était plus suffisante.

Design, qualité, choix des matériaux, autant de critères sur lesquels, Hyundai-Kia a travaillé durement. Pour s'assurer aussi une mise à niveau réelle, ils ont installé des usines en Europe. D'un point de vue technologique, ils maîtrisent aussi la conception de leurs moteurs et boîtes de vitesse. Un savoir faire à ne pas négliger.

Hyundai Genesis Coupé : fleuron coréen

A la base, le coupé Genesis avait été pensé pour le marché américain. Il faut dire que son réjouissant V6 3,8l de 350 ch a des arguments pour se faire apprécier des américains, friands de gros moteurs.

Cette année, Hyundai lui offre un comportement plus typé européen. Plus orienté performances que cruising, de quoi inquiéter ?

Hyundai Genesis Coupé 2013
On ne peut que déplorer l'absence aujourd'hui d'un grand coupé GT généreusement motorisé dans les rangs français. On songe alors aux coupés allemands.Une Audi S5 propose ainsi la même puissance mais s'affiche 30 000 euros plus cher. Si la coréenne devient plus sportive, elle reste un peu pataude par endroit.

L'allemande prendra les devants mais le coupé Genesis ne rendra pas si facilement les armes. Surtout, face à l'hyper efficacité des européennes (parfois au détriment du plaisir de conduite), le coupé coréen garde un comportement de vraie propulsion. Très survireur, il n'en est que plus joueur. De quoi réjouir les conducteurs sportifs et effrayés les non-initiés. La bande son proposée par le V6 finit de mettre dans l'ambiance.

Le freinage et les suspensions sont de très haut niveau. La direction, quoique directe, manque tout de même de retour d'informations.A l'intérieur, les choix des matériaux est de bon aloi. Inserts d'aluminium, plastiques moussés, cuir de belle qualité, sans atteindre le perfectionnisme d'une Porsche, il y a de quoi tenir en respect les hauts de gamme français. L'équipement est plus que complet, seule la peinture métallisée est une option à 600 euros, sinon c'est du "all inclusives".

Performances, technologies, design, ces coréennes sont désormais au niveau



Son point faible est peut-être dans le déséquilibre du design. La face avant possède un peu trop de caractère. L'élégance est presque rompue mais c'est une affaire de goût.. Vous me direz que tout ça c'est bien beau, que c'est un haut de gamme. Sauf qu'en vous rendant sur les sites de ces constructeurs, vous pourrez vous apercevoir que chaque modèle a été ou va être repensé dans ce sens.Des atouts de taille, surtout quand on sait qu'en plus, ces coréennes sont plutôt bien placées niveau prix.

Alors oui, elles sont une menace potentielle pour l'industrie automobile française. Mais à bien y regarder, pas pour tout de suite.Les automobiles coréennes souffrent encore d'un manque de reconnaissance aux yeux des automobilistes.

Certains préfèreront s'afficher en allemandes, d'autres pensent encore que les françaises sont de meilleures qualités. Mais attention, à force ça va finir par se savoir. A qui sera la faute ? Aux coréens d'avoir su élever leur niveau ou aux autos françaises qui peinent de plus en plus à convaincre ? Le marché français commence à les bouder, sans parler de nos voisins frontaliers.

Renault part chercher son eldorado en Russie, la Corée en Europe, c'est le monde à l'envers !

Prix Hyundai Genesis Coupé V6 BVA : 37 900 euros

Derniers essais

  • Aston Martin Rapide S
    Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée … Suite »Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin Rapide S

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée et gonflée à bloc dans sa version S. Une bonne raison de faire un essai vidéo de celle qui concoure pour le titre de plus belle berline.

  • Essai Renault Megane CC restylée
    Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ? Suite »Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    Essai Renault Megane CC restylée

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ?

  • Peugeot RCZ R

    Il faut remonter à la première vie d'Alpine pour se dire qu'un coupé français peut concurrencer les meilleures sportives européennes. Un programme alléchant qu'il nous tardait de vérifier. C'est désormais chose faite avec l'essai de la Peugeot RCZ R.

Tous les essais