Essai Kia Sorento CRDi 2013 – de la place à bord !

Nous prenons aujourd'hui le volant du nouveau Kia Sorento. Plus qu'un facelift, ce nouveau modèle 2013 change tout ou presque.

Il serait trop facile de penser que ce Sorento s'offre simplement une nouvelle plastique. Sous son air de Sportage agrandi, le nouveau SUV haut de gamme de la marque coréenne cache un châssis inédit.

Proposé avec un motorisation unique : 2,2l CRDi de 197 ch, où se place-t-il ? Que vaut-il face aux références "premium" germaniques ?


Toutes les photos du Kia Sorento en cliquant sur l'imageToutes les photos du Kia Sorento en cliquant sur l'image

Design : tout est dans le regard.

Kia c'est, depuis quelques mois, la même recette appliquée à tous les modèles. Une calandre que l'on reconnaît au premier coup d'oeil et des optiques toujours très « design ».

Sur le Sorento, c'est une nouvelle fois une réussite. Le gros SUV se distingue de la concurrence par une allure agressive. Beaucoup moins discret qu'un Honda CR-V, le Sorento se paie même le luxe de rendre un Audi Q5 presque timide.

L'arrière est moins dynamique, plus carré mais finit de donner au Sorento un air de baroudeur que l'on retrouve sur le Discovery de Land Rover ou le Pathfinder de Nissan. Il est donc à mi chemin entre le SUV bourgeois – urbain et le 4X4 campagnard.

A l'intérieur, il y a un véritable soucis du détail. Chaque chose est à sa place ou dessinée afin de ne jamais choquer l'oeil. Seul le volant aurait mérité de concentrer moins de fonctions donc moins de boutons pour se montrer un peu plus intuitif.

Nous disposions d'une finition « Premium » où il était impossible de passer par la case option ! Park assist, GPS, aide au stationnement avant, cuir, toit ouvrant panoramique … un niveau très riche pour un véhicule vendu à 41 090 euros, un bel effort de la part de Kia. Chez les allemands, la note serait beaucoup plus salée.

Performances : un beau bébé …

Le nouveau Sorento est proposé avec une boîte de vitesses à six rapports (manuelle ou automatique) et une transmission intégrale quatre roues motrices (4WD).

La transmission 4WD est un système « à la demande » qui transmet l’intégralité du couple moteur aux roues avant en conduite urbaine et sur autoroute. En cas de perte d'adhérence d'une des roues avant, une partie du couple (jusqu'à 50 %) est transmise automatiquement aux roues arrière. Sur route très glissante, le conducteur a la possibilité d'activer le mode « Lock » pour une répartition égale du couple entre les trains avant et arrière.

Il est donc propulsé par un moteur de 197 ch et 421 Nm de couple qui peut être associé à une boîte de vitesse manuelle ou automatique. Dans ce dernier cas, attention à la consommation qui grimpe (selon Kia) en moyenne de 0,5 à 0,8 litre.

Allégé de 50 kg grâce à son tout nouveau châssis, le Sorento sans démontrer un comportement véritablement sportif a tout du « SUV » à papa.

S'il ne chassera pas le chrono avec autant d'efficacité qu'un BMW X3 ou Audi Q5, le Sorento autorise si besoin de tenir un rythme soutenu même sur une route sinueuse.

 Dans ce cas, on lui reprochera de prendre un peu de roulis. Pas trop  "sous vireur", il suivra toujours la direction voulue.

Il peut au passage remercier sa transmission intégrale qui intervient au bon moment. Dès qu'on lui fait perdre l'avant, on sent que les roues arrières viennent à la rescousse et de fait, il conserve sa trajectoire.

Dans ce cas, il fait mieux qu'un Chevrolet Captiva qui tient pourtant bien la route mais qui quand son train avant abdique, l'américain n'a pas de supers pouvoirs. Il faut aussi dire grâce à ce renoncement à la transmission intégrale, le SUV made in US maintient son prix d'appel sous les 29 000 euros. Tout s'explique !

Le confort est très germanique. Les suspensions et les fauteuils assez fermes vous font vite sentir les grosses imperfections de la route. En même temps, avec des suspensions « chamallow » la tenue de route ne serait pas aussi rigoureuse.

Deux cartographies moteurs pour choisir sa consommation.

Avec un bouton « mode éco », on peut légèrement brider les performances du Sorento. Les relances sont moins vigoureuses mais le système a le mérite de juguler la consommation.

Si nous avons constaté une moyenne de 11 litres aux 100 kms (avec une boîte automatique), certains confrères sont descendus à 10,5 litres.

Mais attention, quand on commence à tirer dedans, il n'est pas rare de flirter avec les 14 litres en conduite sportive sur petites routes. Vous me direz que ce n'est pas vraiment son terrain de jeu et qu'on le croisera plus souvent sur autoroutes. Pas faux …

Ce moteur ne déçoit jamais. Les chevaux sont bien là, tout comme le couple. Il peut toutefois se montrer un peu sonore dans l'habitacle quand on le maintient dans les tours.

Autre bonne nouvelle, le Sorento dispose d'un bon freinage : mordant et endurant, il nous a apporté que des motifs de satisfaction.

Pour la sécurité, le nouveau Sorento bénéficie des équipements suivants dès le premier niveau de finition :

  • six airbags
  • la direction assistée électrique asservie à la vitesse (MDPS)
  • ABS avec le répartiteur électronique de freinage EBD
  • le contrôle électronique de la trajectoire (ESC)
  • le régulateur de couple et l’assistance au contre- braquage (VSM)
  • l’aide au démarrage en côte (HAC).

Conclusions : l'art du compromis.

Kia devait être bien embêté quand ils ont établi le cahier des charges de ce Sorento : un SUV au look attrayant, un bon moteur, de la place, des équipements et pas trop cher.

Placé 10 000 euros sous le prix des références allemandes moins puissantes, ce Sorento a du faire quelques concessions.

Sans renoncer à sa transmission intégrale, il se montre toutefois moins royal au chapitre du comportement et un peu plus gourmand sur le carburant.

Mais à ce prix comment lui reprocher ? Surtout avec 7 places.

Prix : à partir de 35 090 euros en 5 places / Prix du modèle essayé : 43 090 euros

Equipements de base :

  • Airbags frontaux, latéraux et rideaux
  • Compteurs rétro-éclairés “Supervision” Feux arrière à technologie LED Jantes en alliage 18”
  • Allumage automatique des projecteurs
  • Assistance au démarrage en côte (HAC)
  • Capteur de pluie
  • Navigation couleur avec écran tactile 6,5'', cartographie Europe, reconnaissance vocale, système de téléphonie mains libres Bluetooth®, caméra de recul
  • Pédalier en aluminium Projecteurs au Xénon avec lave-phares et correction automatique de l’assiette
  • Rétroviseur intérieur anti-éblouissement
  • Sellerie cuir noir ou mocha (selon coloris extérieur) Seuils de portes type métal et illuminés Siège conducteur à réglage électrique et lombaire Sièges avant chauffants
  • Système de téléphonie mains libres Bluetooth® avec commandes au volant (téléphone non fourni)
  • Toit vitré panoramique, ouvrant / entrebaillant électriquement, avec rideau occultant électrique
  • Climatisation automatique à régulation séparée conducteur et passager
  • Connectique audio AUX, USB et iPod®
  • Contrôle électronique de la trajectoire (ESC)
  • Espaces de rangement sous le plancher de coffre
  • Freinage ABS avec répartiteur électronique de freinage (EBD)
  • Jantes en alliage 17’’
  • Lunette et vitres latérales arrière surteintées
  • Ordinateur de bord
  • Poignées de portes extérieures aspect chrome
  • Projecteurs antibrouillard avant
  • Purificateur d’air (ioniseur)
  • Radar de recul
  • Radio CD / MP3 avec commandes au volant, 6 haut-parleurs
  • Régulateur de vitesse avec commandes au volant
  • Rétroviseurs extérieurs électriques, chauffants avec répétiteurs latéraux intégrés
  • Rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement Roue de secours taille pleine en alliage léger Système ISOFIX à 3 points d’ancrage sur sièges arrière

Derniers essais

  • Aston Martin Rapide S
    Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée … Suite »Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin Rapide S

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée et gonflée à bloc dans sa version S. Une bonne raison de faire un essai vidéo de celle qui concoure pour le titre de plus belle berline.

  • Essai Renault Megane CC restylée
    Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ? Suite »Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    Essai Renault Megane CC restylée

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ?

  • Peugeot RCZ R

    Il faut remonter à la première vie d'Alpine pour se dire qu'un coupé français peut concurrencer les meilleures sportives européennes. Un programme alléchant qu'il nous tardait de vérifier. C'est désormais chose faite avec l'essai de la Peugeot RCZ R.

Tous les essais