Essai Lamborghini Gallardo Super Trofeo Stradale : l'autre rouge italien

Quand une Lamborghini Gallardo s’énerve, elle devient toute rouge. Nous avons essayé la dernière de sa lignée : la Gallardo Super Trofeo Stradale.

Lamborghini peut actuellement compter sur deux lignées de taureaux de combat pour mener sa lutte face aux meilleures sportives du monde. La grande Aventador d'une part, la « petite » Gallardo d'autre part qui demeure la plus efficace pour affoler le chrono sur un circuit dans ses versions les plus extrêmes. Une Gallardo apparue en l'an 2002 puis modifiée en 2008 qui commence doucement à prendre de la bouteille et qui multiplie les séries limitées depuis quelques années.

Cette dernière LP570-4 Super Trofeo Stradale constitue en quelque sorte un baroud d'honneur avant l'arrivée d'une toute nouvelle génération de modèle l'année prochaine. La bonne nouvelle, c'est que l'âge n'a vraiment aucun effet sur ses remarquables aptitudes à griser son conducteur.

Lamborghini Gallardo Super Trofeo StradaleLamborghini Gallardo Super Trofeo Stradale

Circuit ouvert

Il vous faudra plus de temps pour prononcer son nom en entier que pour atteindre la vitesse de 100 km/h en partant de l'arrêt total à son volant (3,4 secondes). Ce patronyme d'une longueur record fait référence à un championnat organisé par Lamborghini chaque année depuis cinq ans, réservé à des Gentlemen Drivers qui se livrent une lutte acharnée sur les plus beaux circuits du monde au volant de Gallardo de course.

Accédez à nos photos Lamborghini Gallardo Super Trofeo Stradale


Du championnat Super Trofeo, cette Gallardo ultime en conserve donc le nom et la philosophie. Elle reprend la base technique d'une LP570-4 Superleggera, version de route la plus performante de la Gallardo.  Mais sa présentation devient encore plus radicale avec un énorme aileron fixe installé à l'arrière, de vrais sièges « course » à harnais et un niveau d'équipement réduit à sa plus simple expression. C'est la Gallardo parfaite pour passer ses week-ends sur un circuit où ses performances la rendront difficile à suivre, même pour les supercars les plus puissantes du monde.

Dire que cette philosophie agressive transparaît sur son look est un euphémisme. De manière générale, une Lambo reste l'un des objets les plus marquants qu'il est possible de croiser dans la route et cette Super Trofeo Stradale -disons « STS » pour gagner du temps- colle une grosse claque visuelle à tous ses observateurs. Certains trouveront peut-être qu'elle en fait un peu trop avec sa grosse lame en fibre de carbone sur le coffre, il n’empêche que cet engin possède une gueule stupéfiante. Le style est toujours aussi vif et acéré mais la dose de méchanceté supplémentaire lui va comme un gant (de course). Cette ligne assez pure et pourtant si caractérielle reste l'une des plus intéressantes de sa catégorie face à la relative sobriété d'une McLaren MP4-12C ou aux courbes sophistiquées d'une Ferrari 458 Italia.

 

Un poste de pilotage

Puisque sa philosophie est celle d'une auto qui veut vous faire conduire vite, autant passer tout de suite à l'intérieur. On retrouve la planche de bord de la Gallardo normale mais ici, tout est recouvert d'Alcantara ou de fibre de carbone et l'équipement est réduit à sa plus simple expression. Il n'y a plus de GPS, plus d'ordinateur de bord et plus de radio sur cette jolie console centrale entièrement construite en fibre de carbone. Les techniciens de Lamborghini ont heureusement laissé la climatisation, l'inverse aurait été un peu problématique pendant notre essai sur les routes du Castellet où la température dépassait parfois 40 degrés. Surtout que le gros V10 installé derrière les passagers chauffe lui aussi l'atmosphère ! Les sièges sont de vrais baquets de course, sans ceinture, où il faut installer son harnais trois points avant de prendre la route. Cet univers extrême et proche de la compétition est très excitant au moment de partir à son volant, un peu pervers même lorsqu'il faut se préparer à respecter tant bien que mal les limitations de vitesses avec un engin capable de performances aussi spéciales.

Le démarrage du moteur via une simple clé renforce encore le niveau d'excitation à bord. Derrière vous, un V10 se réveille dans un petit grognement caractéristique. Attention, ce moteur reste l'un des plus cool de la planète par sa rage, ses capacités et surtout sa sonorité qui vous dressera tous les poils à chaque grosse accélération. 570 chevaux oui, mais sans turbo et jusqu'à 8000 tours/minute avec un son qui tue. Rouge d'énervement mais aussi de plaisir, la STS.

Parfois vivable

Toute machine extrême qu'elle soit, une Lambo se doit malgré tout de garder un soupçon de polyvalence. Même sur la STS. Ici pas de boite manuelle, la transmission est séquentielle avec palettes au volant et dispose d'un mode automatique lorsqu'il faut rester paisible dans la circulation. Les suspensions sont Intérieur Gallardo Super Trofeo StradaleIntérieur Gallardo Super Trofeo Stradaleévidemment raides mais avec un peu de volonté, on pourra presque rouler tous les jours avec même si ce n'est pas le but premier de la voiture. Le harnais vous fatiguera un peu au moment de passer au péage (il faudra l'enlever pour se pencher!) et on n'oubliera pas de faire appel au système de levée de la garde au sol (sur un bouton du tableau de bord) pour passer les gros dos d'âne qu'apprécie très moyennement le bouclier avant de l'auto.

Mais revenons maintenant au but premier de l'auto en passant la transmission en mode Corsa, si possible sur une route sans circulation. Cette fois, il faut attraper les petites palettes au volant dont l'ergonomie est moins bonne que sur une Nissan GT-R, une McLaren MP4-12C ou une Aston Martin Virage. La rapidité de passage des rapports est en retrait par rapport aux meilleures du genre (MP4-12C et GT-R), rien de surprenant puisque la boîte demeure une simple embrayage là où ses nouvelles concurrentes disposent d'une double embrayage dernier cri. Qu'importe : non seulement la boite de cette Gallardo reste dans l'absolu suffisamment rapide en conduite dynamique, mais son fonctionnent est en totale adéquation avec l'image qu'on se fait d'une Lambo méchante : brutale, très brutale même.
 

Rouge comme l’ivresse

Comme sur une Superleggera, votre crâne vient frapper le haut du siège dans le court laps de temps des changements de rapport. A chaque fois, tout le temps. Le niveau d'accélération raccourcit toutes les lignes droites, toujours dans une ambiance sonore si intense qu'elle fait sursauter les piétons et les cyclistes. Même conçue pour être comme un poisson (rouge) dans l'eau sur un circuit, la STS reste d'une efficacité folle sur route. Difficile de prendre en défaut sa motricité sur ce terrain, surtout avec les Pirelli P-Zero Corsa qu'elle chausse. Soudée au bitume sur route, l'auto est en théorie encore plus efficace sur la piste par rapport à une Gallardo Superleggera grâce à son gros aileron qui sert à lui donner plus d'appui à haute vitesse. Reste à trouver un pilote capable de rouler assez vite pour sentir vraiment la différence !

Difficile d'illustrer précisément ce que cette Super Trofeo Stradale est capable d'apporter en terme de sensations à son conducteur. Légère (1340 kilos), dépassée en terme de technologie de boite de vitesses et d'une conception relativement ancienne, elle semble pourtant capable de rouler aussi fort à l'attaque sur route ou sur circuit que les dernières arrivées dans la catégorie. Mais l'essentiel n'est même pas là. Non, l'essentiel c'est tout ce qui n'est pas quantifiable ou mesurable sur cette auto. Aujourd'hui, une McLaren MP4-12C est capable de faire beaucoup plus de bruit à l'intérieur grâce à un très sophistiqué circuit sonore qui diffuse carrément le son de son moteur dans l'habitacle par les hauts parleurs. Mais nous, on trouve que c'est presque de la triche. Dans la Lambo, non seulement le son est plus beau mais il ne s'exprime que par les échappements. Efficace, la STS est naturellement violente. On n'a jamais vu de dinosaure aussi en forme dans la catégorie et on se dit que la prochaine remplaçante de la Gallardo aura fort à faire pour rester aussi excitante à utiliser.

L'addition dans le rouge

Combien ça coûte de rouler en Lamborghini Gallardo LP570-4 tous les jours ? Comme pour toutes ses concurrentes directes, sa possession impose un compte en banque en rapport. Comptez un prix d'achat de 226 165 euros pour cette série limitée à 150 exemplaires, c'est un tarif proche de celui de ses concurrentes directes comme la McLaren MP4-12C, ou la Ferrari 458 Italia (légèrement moins chère en version de base).  Il faudra bien sûr rajouter le prix de l'assurance, nettement plus chère pour ce genre de voiture de sport que sur une citadine standard. Sur le plan de la consommation, il faudra être très paisible pour arriver à atteindre le chiffre de 13,5 litres/100 kilomètres donné en utilisation mixte.

Si vous succombez à la tentation de jouer avec ses capacités hors normes, vous serez fatalement plus proches des 30 litres/100 km comme chez ses concurrentes. Reste le budget pièces. Là aussi si vous décidez d'exploiter à 100% l'auto sur circuit le week-end, il faudra compter avec le prix des pneus à changer (plus de 500 euros pour un seul pneu) voir même des freins en cas d'utilisation très intensive sur la piste. Et avec des freins en carbone céramique, la facture peut faire très mal. En résumé il n'y a donc pas de secret : pour rouler en supercar, mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et mal foutu !

Derniers essais

  • Aston Martin Rapide S
    Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée … Suite »Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin Rapide S

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée et gonflée à bloc dans sa version S. Une bonne raison de faire un essai vidéo de celle qui concoure pour le titre de plus belle berline.

  • Essai Renault Megane CC restylée
    Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ? Suite »Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    Essai Renault Megane CC restylée

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ?

  • Peugeot RCZ R

    Il faut remonter à la première vie d'Alpine pour se dire qu'un coupé français peut concurrencer les meilleures sportives européennes. Un programme alléchant qu'il nous tardait de vérifier. C'est désormais chose faite avec l'essai de la Peugeot RCZ R.

Tous les essais