Interview Salon Genève 2012 - Laurens van den Acker : "l'auto, comme une Laëtitia Casta à quatre roues"

Laurens van den Acker

Nous commençons une série d'investigations que nous avons menées à Genève sur le design automobile.

Que sera l'auto de demain ? Quelle est sa définition, son inspiration ?

Alors, comment ne pas commencer par l'homme qui a peut-être le plus influencer le design auto, au moins à nos yeux de français, en réssucitant Renault ?

Laurens van den Acker, est l'homme du renouveau mais aussi un designer qui remet perpetuellemenent le dessin auto en question.

DeZir, R-Space ou encore Zoé, à chaque fois de nouvelles idées, un nouveau coup de crayon. Une idée très éloignée du mono style germanique chez Audi par exemple.

Yahoo! : Bonjour Laurens, nous sommes à Genève et je me souviens encore de tes premiers salons avec l'idée de la Fleur pour repenser le design de Renault qui en avait tout de même besoin.
Tu as apporté beaucoup de fraîcheur, de l'audace et surtout ce qu'il n'y avait plus depuis longtemps du rêve chez Renault.

Comment vois-tu l'idée du design chez Renault ?

Laurens : On peut le résumer par "Drive the Change" (Conduire le changement), je suis arrivé à un moment chez Renault où la marque avait besoin d'un nouveau chapitre alors pour un designer c'est un rêve.
Arriver dans une grande boîte quand tout le monde veut changer, on en a profité. Aujourd'hui, 2 ans plus tard, nous sommes en train de réaliser nos rêves.

Je ne veux pas que créer des rêves, je veux les réaliser. 2012 est une année clé, avec l'arrivée de Twizy, Zoé et nouvelle Clio dans la rue, c'est la matérialisation de tout ce qu'on a rêvé.

Yahoo!
: Tu t'es beaucoup attaqué aux petits véhicules chez Renault mais il y a encore un segment vide : la grande, belle et prestigieuse berline française au sein du losange, j'imagine que c'est ton prochain défi ?

Laurens : C'est un bel enjeu mais on ne pouvait pas tout faire en même temps. C'est vrai on a commncé par le spetites, la voiture électrique et aussi le renouvellement de la gamme Dacia.

Aujourd'hui nous sommes prêts à attaquer le segment Mégane - Scénic mais aussi naturellement "Espace" qui sera complètement différent de ce que l'on connaît aujourd'hui et peut-être même une voiture sportive (Yahoo : tout le monde parle d'un retour d'Alpine).

Nous apprenons beaucoup de coopération stratégique avec Daimler : comment gérer l'image du haut de gamme mais aussi comment créer un design haut de gamme et j'espère que les fruits de cette collaboration seront bientôt visibles.


Yahoo! : tu parlais de Dacia, n'est-ce pas un peu compliqué de faire du design pour du low cost ? On sait que les études coûtent chères, tout comme les formes qui si elles sont de plus en plus complexes ont un coût de fabrication plus élevées.

Laurens : C'est un travail très intéressant parce que tu as raison, on ne peut pas faire tout ce que l'on veut !
On ne peut pas toujours être dans la créativité pure, il faut parfois être sous la contrainte pour faire d ela bonne créativité.

Avec Dacia, l'idée, c'est de ne pas créer de compromis, l'idée n'est pas de dire "tu n'as pas d'argent ? Alors, il faut accepter le produit !" Avec Dacia, l'idée, grâce au renouvellement de la gamme, c'est d'avoir les deux : un design contemporain, les fonctionnalités de sécurité et un prix abordable, pour moi ce n'est pas négociable à la baisse.

On a un très bon directeur de programme pour Dacia, sa seule fonction, c'est de nous dire toujours "Non" (il rit), alors comme ça on reste quand même dans de la création économique mais honnêtement, je suis satisfait de la nouvelle gamme, car l'équilibre prix - design est très fort.

Yahoo!: que symbolise le côté populaire dans une marque pour toi ?

Laurens: Pour être une marque populaire, il faut que le design soit simple, évident, que les gens comprennent la voiture. Il faut de l'humain dedans, l'auto fait partie de notre quotidien. C'est pour cela que je fais des choses sensuelles, parce que l'humain est sensuel. Il faut aussi que l'auto soit chaleureuse et séduisante parce que les français ont un côté latin.
Une Renault doit être séduisante, simple et chaleureuse. C'est une question de magie.

Yahoo! : Tu démontres une certaine créativité sans forcément suivre les modes du monde automobile comme actuellement les berlines coupés. Quelles sont tes influences ? Où trouves tu l'inspiration ?

Laurens : Je cherche toujours en premier l'inspiration dans les valeurs de la marque.
Finalement, je ne suis pas un artiste, notre job, en tant que designer, c'est exprimé les valeurs d'une marque. Après, je m'inspire de la vie, la popularité de Renault, c'est de faire des autos pour chaque étape de la vie, quand j'ai trouvé le thème de la Fleur où chaque pétale représente une étape de la vie.

Pour la première étape : tomber amoureux, j'ai dit : "Je veux une Laëtitia Casta sur quatre roues." Après, il ne fallait pas beaucoup en rajouter pour inspirer les designers et cela a donné DeZir. J'essaie donc de trouver des thèmes simples mais très profonds qui peuvent durer dans le temps.

Yahoo!: Si on exclue les demandes du marketing et d'obscures raisons commerciales, ta Renault, la Renault de tes rêves c'est quoi ?

Laurens : J'ai deux rêves, le premier inspirer par l'histoire, le deuxième par l'avenir.
Celui inspiré par l'histoire, c'est Alpine et le rêve de l'avenir, c'est une voiture légère, hi-tech et écologique et superbe. Une fois que j'aurai fait ça, j'aurai accompli mon rêve chez Renault.


Derniers essais

  • Mazda CX-5 2.2d 175 ch AWD
    Mazda CX-5 2.2d 175 ch AWD [Essai]

    La Mazda CX-5 s'offre une petite remise à niveau. De quoi la maintenir au top de la catégorie des crossover compacts? Suite »Mazda CX-5 2.2d 175 ch AWD [Essai]

    Mazda CX-5 2.2d 175 ch AWD

    La Mazda CX-5 s'offre une petite remise à niveau. De quoi la maintenir au top de la catégorie des crossover compacts?

  • Essai Opel Mokka CDTI 136
    Opel Mokka CDTI 136 [Essai]

    Après le Zafira, le Meriva et l'Astra, c'est cette fois le Mokka qui récupère le nouveau bloc diesel 1,6 litres chez Opel. Un vrai progrès par rapport à l'ancien moteur … Suite »Opel Mokka CDTI 136 [Essai]

    Essai Opel Mokka CDTI 136

    Après le Zafira, le Meriva et l'Astra, c'est cette fois le Mokka qui récupère le nouveau bloc diesel 1,6 litres chez Opel. Un vrai progrès par rapport à l'ancien moteur 1,7 litres.

  • Seat Leon ST Cupra  280 ch

    Seat présente sa Leon Cupra dans une séduisante déclinaison break ST. Un cocktail aussi performant que polyvalent à consommer sans modération?

Tous les essais