Le covoiturage, la nouvelle tendance pour circuler moins cher et écolo

Le covoiturage est une pratique apparue dans les années 1950 en Europe et en Amérique du Nord qui consiste à partager un même véhicule sans pour autant connaître par avance nos compagnons de route. Et c’est aussi LA grande tendance du moment.

Naissance et développement du covoiturage

En France, la première association de covoiturage voit le jour en 1958 (!) avec Allostop (toujours existante), même si le terme « covoiturage » en lui-même n’apparaît réellement que dans les années 80. À l’origine, l’idée est surtout d’organiser l’autostop, pratique usuelle depuis 1945, surtout chez les plus jeunes.

Mais le covoiturage ne connaît une véritable explosion qu’avec l’apparition d’internet. Les réseaux s’organisent, se densifient, se précisent. SI le covoiturage rentre peu à peu dans les mœurs françaises, il ne représente toutefois que 1 % des trajets effectués par les Français en 2008 et à peine 3 % en 2011. Mais la révolution semble en marche, et cela pour plusieurs raisons.

Les raisons d’un engouement

Les facteurs de croissance du covoiturage en France sont bien connus et plutôt simples à mettre en évidence :
  • Des raisons économiques : avec l’augmentation du prix du carburant, du prix d’achat d’un véhicule (neuf ou d’occasion), du coût d’entretien du même véhicule, sans oublier l’augmentation du prix des billets de train…, il est nettement moins couteux de partager une voiture à 4 ou 5 (chauffeur compris).
  • Des raisons écologiques : le covoiturage permet logiquement de réduire la consommation énergétique par personne. Donc de limiter la pollution atmosphérique. C’est notamment le cas dans les grandes améliorations où, par exemple, le covoiturage pour se rendre sur son lieu de travail est en plein essor.
  • Des raisons « humaines » : le covoiturage a quelque chose de convivial et est en lui-même une excellente plate-forme de rencontres. C’est un facteur très séduisant, notamment pour les plus jeunes. On parle parfois de « hippie revival ».

Le covoiturage, comment ça marche ?

La première chose à faire, c’est de vous inscrire sur l’un des sites de covoiturage. Il en existe près d’une centaine en France. Vous n’aurez que l’embarras du choix. Une fois inscrit, vous repérez les trajets qui vous intéressent et contactez le conducteur. Ce dernier aura au préalable indiqué le montant que chacun doit payer avant de partir. Les horaires de départ et d’arrivée seront ensuite convenus, ainsi qu’un point de rendez-vous. Normalement, la plupart des sites de covoiturages permettent de connaître certains « détails », par exemple s’il s’agit d’une voiture fumeur ou non, si les animaux sont acceptés, le nombre de bagages autorisés par personne…

Alors, convaincus ?

Derniers essais

  • Essai Aston Martin V12 Vantage S Roadster
    2000 km en Aston Martin V12 Vantage …

    L'Aston Martin V12 Vantage S Roadster mérite-t-elle l'immortalité ? Pour y répondre, nous avons passé 2000 kilomètres à son volant. L'occasion de dresser une petite réflexion … Suite »2000 km en Aston Martin V12 Vantage …

    Essai Aston Martin V12 Vantage S Roadster

    L'Aston Martin V12 Vantage S Roadster mérite-t-elle l'immortalité ? Pour y répondre, nous avons passé 2000 kilomètres à son volant. L'occasion de dresser une petite réflexion existentielle sur ce genre de GT de prestige, à l'heure où ses concurrentes peuvent toutes compter sur une technologie plus sophistiquée.

  • Renault Espace 5
    Essai Renault Espace 5 dCi 160 Inte …

    Renault réinvente son Espace. Est-ce que la tenue de "crossover" lui permettra de tenir le choc de génération ? La réponse avec notre essai de la version dCi 160. Suite »Essai Renault Espace 5 dCi 160 Inte …

    Renault Espace 5

    Renault réinvente son Espace. Est-ce que la tenue de "crossover" lui permettra de tenir le choc de génération ? La réponse avec notre essai de la version dCi 160.

  • BMW M5 Jahre

    BMW célèbre les 30 ans de son badge M avec une série limitée à 300 exemplaires d'une exceptionnelle M5 poussée à 600 ch.

Tous les essais