Lexus LS restylée : plus de charisme

Sur les 6 premiers mois de l’année, Lexus a immatriculé une seule LS en France. En Europe, la situation n’est guère meilleure. Le japonais veut que les choses changent et revoie sa copie. Il dynamise le style de sa limousine pour lui donner plus de personnalité.

Lexus est connu pour être le spécialiste des modèles haut de gamme hybrides. Mais en Europe, il a bien du mal à percer. Il faut avouer qu’il est bien difficile d’exister face au trio allemand Audi-BMW-Mercedes. Pour se faire remarquer, il a choisi de muscler le design de ses autos. Le nouveau style de la marque, nommé L-Finess, est petit à petit décliné sur l’ensemble de la gamme. Et c’est au tour de la limousine LS d’y avoir droit.

La LS veut donc remiser au placard sa timidité. D’ailleurs, à l’instar du SUV RX, elle est déclinée en version F-Sport. Celle-ci se remarque à ses boucliers et jantes 19 pouces spécifiques. La technique évolue aussi, avec par exemple des freins Brembo équipés d’étriers à 6 pistons. Les suspensions sont rabaissées de 10 mm.

Lexus a choisi l’option gros restylage pour allonger la durée de vie de son modèle, qui va déjà sur ses 6 ans. Esthétiquement, la LS se fait plus menaçante avec sa nouvelle calandre hexagonale, qui descend très bas dans le bouclier. On remarque aussi des phares plus aiguisés, un nouveau capot ou encore une malle redessinée. 

Malheureusement, la LS fait toujours l’impasse sur les motorisations diesel. Voilà qui ne devrait pas l’aider pour réussir sur le Vieux Continent. Elle mettra toujours en avant sa motorisation hybride sur la version 600h. Celle-ci allie un bloc thermique V8 5.0 à deux petits moteurs électriques. La puissance cumulée est de 438 ch.

Pour ceux qui n’en demandent pas autant, une version LS 460 est disponible. Elle se dote d’un moteur V8 4.6 litres de 386 ch. Elle offre le choix entre propulsion et transmission intégrale. Pas le choix en revanche au niveau de la boîte de vitesses : dans tous les cas, on retrouve une automatique à 8 rapports. Sur la version F-Sport, on a le droit à des palettes au volant.

Chose rare dans le milieu des restylages, la planche de bord est revue en profondeur. Le dessin est dans la lignée de celle de la petite sœur GS, avec des traits plus horizontaux. D’ailleurs, l’écran du GPS de taille généreuse est repris à la GS. C’est tout simplement le plus grand dans une auto de série.

Du côté des équipements, signalons l’adoption d’un nouveau système de pré-collision, le plus perfectionné dans le monde automobile selon la firme japonaise. On retrouve aussi un système de vision nocturne.

L’un des propriétaires les plus célèbres de Lexus LS est le prince Albert de Monaco. Va-t-il changer sa monture en fin d’année ?


Derniers essais

  • Aston Martin Rapide S
    Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée … Suite »Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin Rapide S

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée et gonflée à bloc dans sa version S. Une bonne raison de faire un essai vidéo de celle qui concoure pour le titre de plus belle berline.

  • Essai Renault Megane CC restylée
    Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ? Suite »Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    Essai Renault Megane CC restylée

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ?

  • Peugeot RCZ R

    Il faut remonter à la première vie d'Alpine pour se dire qu'un coupé français peut concurrencer les meilleures sportives européennes. Un programme alléchant qu'il nous tardait de vérifier. C'est désormais chose faite avec l'essai de la Peugeot RCZ R.

Tous les essais