Trophée Rose des sables : la traversée du désert interdite aux hommes

Si vous êtes une femme et que vous avez parfois songé à fuir la routine du quotidien le temps d'un défi entre copines, avez-vous pensé à la traversée du désert ? A condition de mettre temporairement de coté son petit confort et ses chaussures à talon, il y a de quoi vivre une sacrée aventure humaine. Poussiéreuse, parfois physique et possiblement inoubliable.

Dans le genre rallye-raids, vous connaissez sans doute le Paris-Dakar qui se court chaque années dans le désert (autrefois africain, désormais sud-américain) et qui met aux prises un grand nombre de constructeurs automobiles, engageant pour la plupart les meilleurs pilotes professionnels de la planète. Généralement des hommes, même si quelques femmes sont aussi à dénombrer chaque année.

Un genre d'épreuve à priori réservée à des professionnels et autres vétérans de la compétition, mais l'idée de partir affronter le désert pour se dépasser avec ses coéquipiers a fait son petit bout de chemin ces dernières parmi les néophytes. Y compris chez les filles. Au même titre qu'un saut en parachute ou un tour du monde en bateau, se lancer dans un tel défi fait partie de ces envies un peu folles qui peuvent faire un bien fou au moral à certains moments clés de sa vie.

Né au tout début des années 2000, le Trophée Rose des Sables vise justement ces femmes qui décident de se lancer dans un vrai rallye-raid par équipage, juste par plaisir et de façon strictement non professionnelle. Le concept est assez simple, il s'agit d'un rallye d'orientation et de régularité où la vitesse et les performances pures ne comptent pas. Détail important, le rallye est réservé aux femmes et interdit aux équipages masculins. Pour une fois que la domination est inversée en sport automobile, on ne va pas s'en plaindre !

Drive

Le Trophée Rose des Sables est donc une aventure féminine, qui se vit par équipages de deux (une pilote et une navigatrice, sachant que les deux rôles peuvent s'intervertir librement pendant le rallye). C'est aussi une aventure qui nécessite de monter un vrai budget pour y participer : comptez en tout 13 000 euros pour un engagement avec un 4x4 correctement préparé sur l'ensemble de l'épreuve, il est également possible -pour les plus courageuses- de la faire en quad ou en SSV Can Am, un tout terrain construit par BRP à mi-chemin entre le quad et le vrai 4x4. L'organisation (Desertours) prend bien évidemment en charge la logistique et la sécurité.

Tout débute sur la Côte Atlantique du coté des Pyrénées, où toutes les filles se mettent en route vers l’Afrique en traversant l'Espagne. Les choses sérieuses ne commencent qu'après le changement de continent à l'arrivée au Maroc, où les routes en tarmac laissent place à de la vraie navigation dans le désert du pays. Et là, tout peut très vite se corser entre les crevaisons, les petits pépins mécaniques et surtout les enlisements une fois les équipages arrivés dans les terribles dunes de Merzouga, aussi difficiles à traverser qu'elles ne sont belles à contempler. Des épreuves où les équipages passent parfois par quelques grosses engueulades internes, suite à une erreur de navigation ou de conduite. Oui, il faut parfois manger beaucoup de poussière et se donner à fond physiquement et intellectuellement pour arriver à suivre. L'organisation est évidemment là pour venir à l'aide des équipages perdus, en panne ou enlisés, mais il n'est pas question d'assister exagérément les filles. Le Trophée Rose des Sables reste un vrai défi.


A la belle étoile (du berger)

Il y a le rallye et puis il y a tout ce qu'il y a autour. Ce genre d'épreuve humaine serait difficilement compatible avec des haltes à l’hôtel chaque nuit. Sur le Trophée Rose des Sables, on dort en plein milieu du désert sous la tente...de vraies tentes berbères même, qui ont le mérite d'apporter une (toute) petite dose de confort en plus d'une esthétique absolument remarquable. Le jour se couche très tôt au Maroc l'automne et les équipages arrivent parfois au bivouac la nuit tombée. Pour rendre l'épreuve encore plus savoureuse, l'organisation prévoit aussi une étape marathon de 48 heures où chaque équipage doit passer une nuit dans son véhicule, de façon autonome !

Alors, pourquoi aller se perdre dans le désert entre filles dix jours durant ? Au vu de l'expression sur le visage des participantes après chaque étape pendant le rallye, la réponse nécessite de vivre l’événement de l'intérieur pour être comprise. Ce n'est pas que pour les paysages traversés, souvent d'une beauté et d'une quiétude éblouissantes. Ou que pour les moments de solidarité entre filles, parfois très forts. Ou encore, pour la fête au bivouac autour du feu après une étape éprouvante et avant de remettre ça le lendemain aux aurores. Ni pour le seul plaisir de se lancer un défi personnel et d'en sortir finalement vainqueur. Ni même seulement pour la fierté de contribuer à une œuvre caritative (fournitures scolaires, jouets et autres médicaments sont distribués aux enfants pendant les étapes). Non, c'est bien pour cet ensemble de raisons qu'ont participé quelques 362 femmes, âgées de 20 à 62 ans. 362 femmes dont quelques sportives reconnues puisqu'y figurait notamment une championne olympique française aux JO de Londres 2012, la kayakiste Émilie Fer qui a finalement terminé 28ème au classement général du rallye.


Tentée vous aussi par une aventure de ce genre ? L'édition 2013 est déjà programmée du 10 au 20 octobre de l'année prochaine, toujours dans le désert marocain avec un départ depuis la France. Dernier petit détail : toutes les nuits ont lieu sous la tente dans le désert, sauf la dernière à Marrakech. En guise de récompense, les filles se retrouvent en effet dans une palace pour une grande soirée de clôture où les robes de soirées remplacent les habits d'aventurière. Un contraste saisissant avec les moments de galère dans les dunes quelques jours auparavant...


Derniers essais

  • Aston Martin Rapide S
    Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée … Suite »Aston Martin Rapide S [essai & vidé …

    Aston Martin Rapide S

    Aston Martin revoit sa copie dans sa proposition familiale au sein de sa gamme. Pas question pour autant de faire du SUV, non, les anglais nous proposent une Rapide redessinée et gonflée à bloc dans sa version S. Une bonne raison de faire un essai vidéo de celle qui concoure pour le titre de plus belle berline.

  • Essai Renault Megane CC restylée
    Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ? Suite »Renault Megane CC dCi 130 [Essai]

    Essai Renault Megane CC restylée

    La Renault Megane CC restylée reste-t-elle compétitive dans le monde du cabriolet compact ?

  • Peugeot RCZ R

    Il faut remonter à la première vie d'Alpine pour se dire qu'un coupé français peut concurrencer les meilleures sportives européennes. Un programme alléchant qu'il nous tardait de vérifier. C'est désormais chose faite avec l'essai de la Peugeot RCZ R.

Tous les essais